EXPERIENCE

 

À travers cette expérience, nous souhaitons démontrer que certains organismes peuvent se multiplier indéfiniment tant qu'ils sont dans un milieu de vie adéquate. Ils sont donc immortels.

 

BESOINS

 

- balance

- cuillère stérile

- levures

- glucose

- béchers

- bulleur

- microscope

- eau distillée

- une cellule de malassez qui nous permettra de pouvoir compter le nombre de levures.

   

 

PROTOCOLE

 

1) travailler en milieu stérile

2) peser une quantité définie de levure et l'introduire dans un bécher

3) insérer le glucose dilué dans ce bécher

4) insérer le bulleur pour oxygéner la solution

5) observer au microscope et effectuer une premier mesure du nombre de levures à l’aide  d’une cellule de malassez

6) observer et effectuer des mesures après avoir patienté 24h, 48h, 72h

7) effectuer un témoin : disposer une quantité définie de levure dans un milieu non nutritif.

 

Premier jour

 

Au commencement, le déroulement était concluant, nous avions pris 100 mL d'eau distillé dans laquelle nous avons ajouté 1g de levure de boulanger, ainsi que 3 g de sucre .

Puis, au fur et mesure, des difficultés apparaissent.

- le comptage des cellules de levures est plus difficile que prévu.

- nous possédons un microscope assez ancien et défectueux.

- ne connaissant pas précisément les quantités de levure à insérer dans nos solutions, nous procédons par excès, en intégrant une quantité trop importante.

- lors du comptage, le nombre de cellules étant trop élevé, nous sommes dans l’impossibilité d’en connaître le nombre. Par conséquent, nous devons effectuer plusieurs dissolutions.

Suite à ces imprévus, le manque de temps se faisant sentir, l’expérience ne peut être menée à son terme et nous décidons de recommencer le lendemain.


Deuxième jour

 

Malgré des débuts assez laborieux, grâce à la première tentative de cette expérience, nous savons à présent compter et préparer sans trop de soucis la solution et nous nous mettons donc à la tâche.

Après avoir fait notre solution et le témoin, nous avons compté les levures : Pour le comptage nous utilisons  l'aide d'une cellule de Malassez. Nous comptions 6 000 000 levures/ml pour la solution et 5 500 000 pour le témoin. Ces chiffres ne sont pas tout à fait exacts du fait des erreurs possibles de pesée.

 

 

Troisième jour

 

Au comptage nous obtenons : 7 000 000 levures/ml pour la solution et 4 000 000 levures/ml pour le témoin.

Le nombre de cellules a anormalement chuté pour le témoin nous supposons donc une contamination. Alors que dans la solution le nombre de levures n’a que faiblement augmenté, nous rajoutons du glucose.

 

Quatrième jour

 

Au comptage nous obtenons : 12 000 000 levures/ml pour la solution et toujours 4 000 000 levures/ ml.

Le nombre de levures a cette fois-ci largement augmenté en comparaison de la journée précédente. Notre groupe s’interroge sur les causes de cette augmentation soudaine. Ainsi,     nous émettons l’hypothèse de ne pas avoir suffisamment homogénéisé la solution avant comptage lors de la journée précédente.

 

 

 

 

En conclusion :

Dans des conditions de vie adéquate, on observe une évolution importante du nombre de levure. A l'opposé, le témoin en subit une perte. On peut en conclure que la survie d'un individu dépend de ses conditions de vie. Il faut néanmoins relativiser sur l'immortalité de la levure, en effet, les organismes présents au début de l'expérience ne sont pas ceux présents à la fin. C'est lors de la multiplication de ses derniers que leur nombre à augmenter. Toutes finissent par mourir en réalité, seule la colonie survit.

 

 

Sondage

 

Jeudi 26 janvier 2012

 

Nous distribuons à chaque élève notre questionnaire qui est :

 

Que pensez-vous de l’immortalité ?

Aimerez-vous être immortel ?

Avez-vous peur de la mort ?

 

Après avoir dépouillé le questionnaire de chacun et analysé les réponses, nous notons :

 

- qu’en interrogeant les individus âgés de 15 à 18 ans, leurs réponses ne sont pas toujours sérieuses et donc difficilement interprétables contrairement aux individus plus âgée.

- qu’en demandant « Aimeriez-vous être immortels ? », la quasi-totalité répond positivement dans le sens où à cet âge, la plupart des individus rejette l’idée de la mort, la quasi-totalité est envahie naturellement d’un sentiment d’éternité.

-qu’en demandant que pensez-vous de l’immortalité la majorité des individus répondent que celle-ci n’est que fantasme.

De plus, on constate que les réponses apportées, sont très différentes en fonction du sexe.

Les garçons répondent à l’unanimité « non » à la question « Avez-vous peur de la mort ? » contrairement aux filles qui répondent à l’unanimité « oui ».